Acceuil / Tout / Résumés des matchs / Articles de presse : Lutula, onwuekulu, Dewolf et résumé.

Articles de presse : Lutula, onwuekulu, Dewolf et résumé.

Avant de lire ces articles de presse que vous avez peut-être déjà lu vu qu’ils datent un peu, j’ai écris mon résumé du match de samedi, visible à cette adresse : http://fcbrussels-news.be/info_jour/turnhout-brussels/ . Je vous propose après de découvrir une interview de Dewolf à propos de notre futur et maintien. Le dernier concerne les nouvelles affaires Lutula et Onwuekulu. On doit remercier ce manager Alfred Raoul d’avoir encore une fois sali notre nom en allant « cafter » dans la presse, alors qu’on est pas spécialement en tort. Merci à lui !

source: footgoal.net

– EXQI League – FC Brussels

De Wolf : « Nous avons notre sort entre les mains »

de_wolf_michel_230609.jpg

Ce samedi soir, le FC Brussels s’est incliné en déplacement àTurnhout sur le score de cinq buts à deux. L’entraineur du club bruxellois, Michel De Wolf estime que son équipe a joué contre l’une des meilleures équipes de l’Exqi League et croit fermement au maintien du Brussels en division 2.

« Il faut être honnête. Turnhout était plus fort que nous, ce soir. Ils ont eu des difficultés avec notre organisations, mais deux buts offerts bêtement par nos soins ont permis qu’ils mènent 2-0 à la mi-temps. Après le 3-2, j’ai observé que certains joueurs adverses commençaient à voir peur mais ils sont parvenus à passer outre celle-ci. Cette saison, j’ai déja vu beaucoup de matchs de division 2 et j’ai bien l’impression que Ce Turnhout est pour le moment, l’équipe la plus forte de l’Exqi League. » a déclaré Michel De Wolf sur le site de Turnhout.Il poursuit : « Nous sommes pour le moment dans une mauvaise situation, mais nous avons encore notre sort entre les mains. La semaine prochaine, nous recevons la visite de Rulers et la semaine d’après, nous nous déplaçons à Tournai. Nous travaillons beaucoup sur l’entrainement de chacun, et tout le monde redevient à nouveau fort physiquement. La semaine prochaine, nous pourrons compter sur l’arrivée d’un attaquant italien. J’ai confiance en l’avenir. »

Affaire lutula

Lutula et Onwuekelu en conflit avec le Brussels (19/02/2011)

Le Centre pour l’égalité des chances saisi ?

Jean-Paul Lutula et Onyeka Onwuekelu sont repris pour le déplacement de ce soir à Turnhout. Un choix logique, de prime abord. Mais en fait, ils sont au centre d’une drôle d’histoire. “Nous allons saisir le Centre pour l’égalité des chances”, prévient leur manager, Alfred Raoul. “Lutula a trois mois de salaire non payé. Le joueur a réclamé son dû et comme réponse, on lui a dit qu’il pouvait aller dans le noyau B. Je trouve cette pratique inhumaine.Oui, on se dirige vers une rupture de contrat. Depuis le 20 novembre, il n’a rien reçu. Or, après trois mois effectifs de salaire non payé, il y a possibilité de casser le contrat”. L’histoire d’Onyeka Onwuekelu est différente, le Nigérian n’étant pas directement concerné. “À l’époque de son transfert au Brussels, le club bruxellois a payé la première partie de la transaction au CFO Ouagadougou (Burkina Faso), auquel le joueur appartient. Et depuis, plus rien. La deuxième et dernière partie n’est toujours pas arrivée. Donc on utilise un joueur qui n’appartient pas au club”.

Alfred Raoul voit ces procédés comme de la discrimination. “J’ai souvent défendu Johan Vermeersch mais je ne sais pas si on aurait agi de la sorte avec d’autres joueurs…”

L’explication du président du Brussels est quant à elle très simple. Il ne peut pas payer son joueur car la loi le lui interdit. “Pourquoi ne paye-t-on pas Lutula ? Tout simplement parce que son salaire est saisi, vu qu’il n’a pas payé ses impôts… Ce n’est quand même pas ma faute s’il ne respecte pas la loi”. La deuxième partie du payement au CFO Ouagadougou pour Onwuekelu va, elle, se faire sous peu d’après Vermeersch. D’autant que la somme n’est pas énorme (NDLR : on parle de 5000 euros). “C’était prévu comme ça. Le club nous a fait savoir qu’il attendait le versement. Nous allons donc tout régler dans les plus brefs délais”. Malgré tout, Johan Vermeersch ne décolère pas. “C’est incroyable qu’on agisse de la sorte pour nous déstabiliser. C’est même dégoûtant”.

Ambiance.

Source : J.CO. – La Capitale 2011

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top