Acceuil / Tout / Infos journalières / Fc Brussels : La tension monte!

Fc Brussels : La tension monte!

Antwerp. Samedi, pour la venue de l’Antwerp la règle COMBI est d’application. Il s’agit d’un match à risques donc à guichets fermés. Les supporters pourront acquérir un ticket à la billetterie (dans la tribune Goethals) le vendredi 16 mars de 14h30 à 17h30 et le samedi 17 mars de 14h à 18h.

Nollevaux. Il a pris son huitième carton de la saison et se rapproche des deux matchs de suspension.
Renson. Maxime devait rendre visite au Docteur Declercq hier afin de savoir s’il devait passer sur le billard. Pour rappel, il souffre d’une fissure au niveau du ménisque, ce qui met un terme à sa saison.
Programme. Hier, les joueurs étaient en congé, après le décrassage de dimanche. Ils s’entraîneront deux fois aujourd’hui et demain. Jeudi et vendredi, une seule séance est prévue.
Antwerp. Le Brussels disputera son deuxième match de suite à domicile face à l’Antwerp (samedi 20h). Un adversaire qui réussit plutôt bien aux Molenbeekois…
#357. Cela faisait quasiment un an, 357 jours exactement, que les Coalisés n’avaient plus gagné un match dans les arrêts de jeu. C’était le 19 mars 2011, face à Waasland-Beveren, quand Zoran Nizic inscrivait le penalty décisif (3-2). Avant ça, il faut même remonter à l’époque de… Christophe Dessy pour un autre succès dans le temps additionnel : le 2 février 2010, le Brussels battait Tubize à la 92ème grâce à un but d’Adolph Tohoua (2-1). A contrario, on ne compte plus les points perdus après le temps réglementaire. Rien que cette saison, il y a eu Waasland-Beveren et Saint-Nicolas.
Défibrillateur. Le club vient de faire l’acquisition d’un défibrillateur externe automatisé. Le comité a décidé d’installer cet appareil dans le complexe des jeunes (tribune RWDM). Ainsi en cas de besoin, il sera à disposition tant des supporters que des joueurs des équipes de jeunes ou de l’équipe première.

- Aoulad a été versé dans le noyau B par JV himself, on sait pourquoi..

Je vous joins la revue de presse ! Bonne lecture.

Mon premier but avec le Brussels” (13/03/2012)
En inscrivant le 3-2 à la 90e, Bafodé Diakhaby a offert les trois points au Brussels

On joue la 90e minute. Eupen vient d’égaliser et pousse pour aller arracher la victoire et ne pas laisser Charleroi s’échapper seul en tête de la D2. Marques vient de stopper une tentative dangereuse de Bierman. Sur la reconversion offensive, El Banouhi déborde sur la droite, cède le ballon à Nahimana dans la surface qui sert en retrait pour Diakhaby. Le back droit tente alors une frappe du gauche qui finit sa course au fond du but de Deumeland. Le stade Machtens explose et le Brussels s’impose 3-2. Diakhaby, lui, savourait ce but victorieux. “C’est mon premier but avec le Brussels”, annonce fièrement le défenseur. “Je ne réfléchis pas et je tente ce geste-là. Je ne monte pas souvent et je marque rarement mais quand je marque, c’est toujours un but important.”

Back droit au Brussels, Diakhaby se rappelait au bon souvenir de ses quelques matches passés au poste d’ailier droit. “Cela fait bien longtemps que je n’ai plus joué à ce poste. Mais samedi, Tambwe et Siani étaient sortis. J’ai demandé à El Banouhi de jouer back droit pour que je puisse monter d’un cran. Je l’ai bien senti, j’ai frappé et c’est rentré.”

Héros de cette fin de match à suspense, le défenseur molenbeekois sentait l’exploit possible. “D’entrée, j’ai senti que le groupe en voulait. Nous nous sommes bien préparés toute la semaine et dès l’échauffement, l’envie était présente.” Avec ce succès presque inespéré, le FC Brussels remonte à la 13e place du classement et se donne un peu d’air. Serait- ce le fameux déclic tant attendu ? “Je l’espère. Sur le plan mental, c’est peut-être notre match référence.”

Source : Sébastien Sterpigny – La Dernière Heure 2012

Haghedooren, la renaissance (13/03/2012)
Snobé ces derniers mois, le back gauche du Brussels a réussi son retour contre Eupen

Les supporters l’adorent, le staff technique un peu moins. Romain Haghedooren a souvent dû ronger son frein sur le banc cette saison mais quand il est sur le terrain, il déçoit rarement. Contre Eupen, le Mouscronnois a retrouvé sa place à l’arrière-gauche et il a tout mangé. Cette fois, il pourrait avoir regagné ses galons de titulaire pour de bon.

Il n’avait plus commencé un match depuis le derby bruxellois face au White Star, où il avait d’ailleurs été exclu sévèrement. Samedi, Romain Haghedooren a fêté son retour comme titulaire au Brussels et comme à Ostende en décembre dernier, où il avait également dépanné suite aux nombreux forfaits, il a réalisé un super match. “Je n’ai pas envie de reparler de tout ça mais c’est vrai que j’étais très déçu d’être sur le banc. En fait, j’ai appris en début de semaine que j’allais débuter la rencontre. Le coach m’a dit que je méritais ma chance, après plusieurs bonnes prestations avec la réserve. Pour se préparer, c’est évidemment plus facile de savoir à l’avance qu’on va jouer, même si en tant que professionnel, on doit toujours être prêt quand on fait appel à vous.”

Et pour une fois, Romain a été aligné à sa place de prédilection, à l’arrière-gauche. Un choix qui semble logique pour remplacer Maxime Renson, dont la saison est terminée, mais qui a mis du temps à se confirmer. “Comme j’ai dépanné un peu partout ces derniers temps, on avait tendance à oublier que c’est au back gauche que j’ai été formé”, rappelle-t-il. Pour son retour, Haghedooren ne pouvait pas rêver mieux, avec un succès contre un candidat au titre, à la surprise générale. Et il aura grandement participé au succès bruxellois que personne n’attendait. “Nous, on y a toujours cru. On savait qu’il était possible de faire quelque chose. Ca fait vraiment plaisir, surtout vu la façon avec laquelle on a joué et la mentalité que nous avons affichée. À la fin, j’étais mort. Le rythme des matches de la réserve n’a quand même rien à voir avec ceux de l’équipe A.”

Haghedooren, c’est aussi une personnalité, un gars qui mouille le maillot. Un gars utile pour une équipe molenbeekoise qui manque clairement de patrons sur le terrain. “C’est dans ma personnalité d’être un leader. Si j’ai quelque chose à dire, je le dis. Je peux me fâcher mais dès que le match est terminé, c’est oublié. J’essaie d’apporter mon expérience et ma maturité. Il ne faut pas oublier que notre équipe est très jeune et que les plus anciens doivent essayer de guider ceux qui ont moins de bouteille.”

On commence aussi à y voir plus clair au niveau du classement général. Si Wetteren est condamné, le Brussels emmène un peloton de quatre équipes qui tenteront d’éviter les deux autres places basculantes : Dender, Saint- Nicolas, Tubize et Tirlemont. “Mais franchement, on ne doit pas regarder les autres équipes mais se concentrer sur nos propres prestations. Quant à moi, j’espère continuer comme ça”, conclut Haghedooren.

Source : JULIEN COLLIGNON – La Capitale 2012

“On ne va pas s’enflammer” (13/03/2012)
Samy Houri était heureux pour Diakhaby, le héros de samedi

Comme ce fut souvent le cas depuis qu’il a débarqué au stade Machtens, Samy Houri a été déterminant contre Eupen, en inscrivant un doublé. Le petit médian français a d’abord provoqué le penalty, avant d’aller planter le second but juste avant la pause. Ça fait déjà 12 buts pour le meneur de jeu des Molenbeekois. “C’est une belle victoire mais on ne va pas s’enflammer pour autant. J’espère quand même que nous allons continuer dans ce sens”, dit-il. Gaspillant son avantage de deux buts, le Brussels aurait pu nourrir de gros regrets après la rencontre. La frappe de Diakhaby aura changé la donne, pour le plus grand bonheur de l’ancien élément d’Ostende, qui est très proche de son compatriote dans le vestiaire. “Bafodé nous a libérés. C’est vrai qu’il marque rarement. Ah bon, c’est son premier but ? (Il sourit) Je suis vraiment content pour lui car il le mérite. ”
En attendant, les Coalisés sont un peu trop dépendants de leur meilleur joueur. En faisant la fine bouche, c’est peut-être le seul bémol de la soirée de samedi…

Source : J.CO. – La Capitale 2012

L’avis d’Alan (13/03/2012)
“Il faut que Johan Vermeersch arrête de mentir aux supporters et aux lecteurs.”

“Je voulais réagir par rapport à l’entretien que vous avez eu avec le président du Brussels, Johan Vermeersch, dans l’édition de samedi dernier. Certes, il a répondu à toutes les questions des supporters et des lecteurs mais il faut arrêter d’exagérer quand il dit que cela fait deux ans qu’il est resté dans l’ombre. Je reste perplexe et sceptique quand il dit qu’il délègue. C’est désolant même car, au final, c’est lui qui prend les décisions. C’est lui qui signe les contrats. Il ne faut pas croire, c’est difficile de travailler après son passage. C’est un personnage emblématique et son ombre est toujours présente. Mais, en tout cas, le temps où il descendait et faisait peur dans les vestiaires est révolu. Ce qui m’a le plus déçu dans ses réponses, c’est qu’il remette en doute le travail de Thierry Dailly. Il s’est décarcassé pour trouver des joueurs et de faire avec les moyens du bord et c’est presque lui qui en prend pour son grade dans les choix qui sont faits. C’est pour ça que je voulais réagir et souligner que je n’avais pas apprécié sa sortie et ses réponses. Il peut tromper des personnes naïves mais les supporters et les joueurs connaissent la vérité.”

Source : La Capitale 2012

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top