Acceuil / Tout / Infos journalières / Fc Brussels: lundi

Fc Brussels: lundi

[flv width="600" height="480"]http://fcbrussels-news.be/wp-content/uploads/videosmatch/Dado_au_Rsca.flv[/flv]

Voiçi un chouette petit reportage sur le départ de Vésel, cela ne fera pas office de jublié, mais ca nous met un peu de baume au coeur de pouvoir vivre ça.

Je joins deux articles, un interview de notre divin président qui vise la troisième tranche ( on se moque un peu de nous…) et un comparatif des transferts. Tout deux issus du quotidien La Capitale et relayés par JMSR

NDJMSR: Merci pour la petite présentation, je vous avais déjà repéré, maintenant je n’ai plus le choix, il va falloir que je vienne vous dire bonjour ^^

Le premier bilan des transferts (20/12/2010)

Les satisfactions et les déceptions à mi-saison

Le Brussels a effectué une campagne mouvementée l’été dernier. A l’époque, cela avait suscité l’enthousiasme de la part de tous les sympathisants. Dix-sept rencontres plus tard, et après un premier tour plus que décevant, qu’en est-il aujourd’hui ? Le point sur tous les joueurs débarqués au stade Machtens.

Suite à la remise du match à Wetteren, le premier tour du Brussels est désormais terminé. L’occasion de faire un premier bilan des transferts effectués pendant l’été. Malgré les résultats décevants, il y a quand même quelques réussites. Il y a aussi des échecs (trop ?) mais comment en aurait-il pu aller autrement vu les nombreuses arrivées ? Le point.

1. Les satisfactions : Haghedooren, Doumbia, …
Sur quatorze arrivées, nous épinglerons trois réussites indiscutables. Ce n’est pas énorme mais c’est déjà ça. Le premier joueur auquel on pense, c’est Romain Haghedooren. Arrivé de Tournai, l’ancien élément de Mouscron s’est directement intégré au club. Non seulement sur le terrain mais aussi dans le vestiaire, où il est très apprécié. À tel point qu’il est devenu l’un des piliers de cette équipe du Brussels. Sa blessure face à Wetteren aura malgré tout ralenti sa progression. Autre satisfaction : Jonas Vandermarliere. Le médian n’a pourtant pas eu la tâche facile tout au long de ce premier tour car il a souvent été trimballé à plusieurs positions. C’est surtout sur le flanc droit, une place qui n’est pas la sienne, qu’il a dû évoluer. Au final, il a plutôt bien tiré son épingle du jeu, même s’il peut encore apporter davantage. Enfin, après quelques rencontres où il a dû prendre ses marques, Kassim Doumbia a  enchaîné les prestations de haut vol. Le Malien est devenu le patron de la défense bruxelloise. Son erreur à Dender fut sa seule véritable “boulette” en 14 matches joués. Quant à Bafodé Diakhaby, il a aussi globalement convaincu. L’ancien élément du PSG a malheureusement été poursuivi par la poisse car il a régulièrement dû assister aux rencontres  depuis la tribune, en raison de multiples bobos. Dommage car quand il était sur le terrain, il a souvent apporté un “plus”.

2. Les mitigés : Gundogan, Onwuekelu et Sierens
Deux transferts peuvent être classés dans la catégorie “peut mieux faire”. Des joueurs qui ont régulièrement joué mais qui n’ont pas toujours convaincu. Comme Gundogan et  Onwuekelu. Le premier a alterné le bon et le moins bon alors qu’il a fallu attendre la partie face à Heist pour que le second montre enfin quelque chose. Ils doivent mieux faire et… ont déjà montré qu’ils pouvaient mieux faire. Le second tour doit leur permettre d’enfin s’imposer. Quant à Jurgen Sierens, il reste une énigme. Capable de sortir des arrêts  exceptionnels, il luiarrive aussi de se “trouer” sur des ballons anodins. Pas de chance pour lui, ce sont surtout ces derniers qu’on retient…

3. Les (grosses) déceptions : Van Geele et De Broyer
Les deux “transferts-vedettes” sont aussi les deux grosses déceptions du premier tour. Michaël Van Geele court après sa meilleure forme depuis l’entame du championnat. C’est à se demander s’il s’agit du même joueur envers lequel les observateurs étaient élogieux. Son léger regain de forme ne permet cependant pas de mieux le considérer. La trêve pourrait vraiment lui faire du bien. Fort d’un joli CV, Kevin De Broyer n’a pas convaincu non plus. Son statut de meilleur buteur de la défunte campagne ne lui rend peut-être pas service. Van Geele et De Broyer ne peuvent pas avoir perdu leurs qualités pour autant. Mais il est grand temps pour eux de le prouver.

4. Les échecs : Grondin et Boujouh
On a déjà tout dit sur Kaya et Saporito. Grondin, lui, était censé être l’un des piliers du Brussels, grâce à son expérience acquise en D1. L’aventure s’est toutefois terminée  prématurément puisque le joueur tenait à rentrer au pays. Et ses prestations n’auront pas non plus été irréprochables. Pour l’instant, Brahim Boujouh peut également être considéré  comme un échec. Pourtant, le petit Anversois avait laissé une belle impression pendant la préparation. Il a valsé sur le banc dès le premier match de championnat à Mons avant de se blesser. Il est finalement réapparu à Dender mais pour le moment, il n’a tout simplement rien apporté à l’équipe. Si ses soucis physiques finissent par être derrière lui, Boujouh aura  sûrement à coeur de montrer que le Brussels ne s’est pas trompé sur son compte.

Source : JULIEN COLLIGNON – La Capitale 2010

JV : “Je vise la troisième tranche” (18/12/2010)
Cela fait longtemps que l’attention médiatique n’avait plus été autant portée sur le Brussels. L’occasion de clôturer cette semaine mouvementée avec le président Johan Vermeersch,  qui dresse le bilan des derniers jours mais qui se projette aussi dans le futur du club.

Président, comment avez-vous vécu cette semaine où tous les regards étaient portés sur le Brussels ?
Je dois dire que Thierry Dailly m’a bien soulagé, en suivant également le dossier de très près et en effectuant les communications. Je n’ai pas été trop embêté.

Le transfert de Veselinovic est bénéfique pour l’image du club, non ?
Les faits sont là : quand j’ai engagé Dalibor la saison dernière, il ne voulait pas d’option sur son contrat. Et il n’en a toujours pas voulu cette saison. À six mois de la fin de son contrat, il y avait deux solutions : soit il prolongeait, soit il effectuait un pas en avant dans sa carrière. Je pense que tout le monde est d’accord pour dire que nous devions le vendre pour espérer avoir quelque chose en retour.

Financièrement, est-ce une si bonne affaire pour le club ?

Ce n’est pas extraordinaire mais ça fait du bien. Grâce à ça, nous allons pouvoir essayer de construire quelque chose. Il était logique de vendre le joueur. Veselinovic avait d’abord choisi un autre club (NDLR : Bruges). Luc Devroe est resté cinq heures à discuter, vendredi dernier. Mais le joueur a finalement opté pour une autre destination. Et j’ai tenu à respecter sa volonté pour les services qu’il nous a rendus.

On dit que l’offre de Bruges était supérieure à celle d’Anderlecht ?
Ce n’est pas vrai parce qu’encore faut-il avoir une offre concrète… Ce n’était pas le cas. Bruges n’a pas fait d’offre, ni au club, ni au joueur. Luc Devroe a traîné, je ne sais pas trop pourquoi. Et Anderlecht en a profité et a appuyé sur l’accélérateur lundi et mardi.

Concrètement, à quoi va servir cet argent ?
Dès la semaine prochaine, je vais faire le nécessaire pour nous mettre en ordre au niveau de la licence. Comme ça, nous n’aurons pas le moindre problème pour effectuer des  transferts en janvier. Il y a quand même quelque chose à faire pour cette troisième tranche.

La troisième tranche, c’est donc votre objectif avoué ?
Oui. Je pars du principe que, sur ce que nous avons montré face à Mons et sur le reste du premier tour, exception faite des erreurs individuelles, nous pouvons dire qu’il y a du talent dans ce groupe. Même sans Veselinovic. Les jeunes doivent encore se développer, prendre de la maturité. J’ai connu la même chose en 83 : nous n’avions pris que 9 points au premier tour, avant d’en prendre 17 au second. Alors que la victoire n’était encore qu’à deux points. Les joueurs doivent prendre conscience qu’ils ont du potentiel. Et ils vont devoir aussi forcer la chance, qui nous a trop souvent tourné le dos.

Ne faudra-t-il pas se renforcer pour ça ?
Nous allons évaluer où nous en sommes, voir ce que nous pouvons solutionner. Devant et sur les flancs. Et puis aussi au back gauche. Siani et Barrios devraient déjà apporter des  solutions.

Leur arrivée est-elle confirmée ?
Ce n’est pas confirmé mais ils seraient tous les deux d’accord pour venir. Tout ça est encore à définir. De toute façon, avec ou sans eux, nous avons besoin de quelqu’un devant. Même s’il ne faut pas négliger la progression d’Onwuekelu.

Et qu’en est-il des jeunes du club, sur lesquels vous mettez l’accent depuis des mois ?

Je rassure tout le monde : nous n’engagerons pas des joueurs d’Anderlecht simplement pour en engager. La priorité est toujours axée sur nos jeunes à nous. Ceux qui viennent devront être plus forts que nos talents. Cela veut dire qu’il n’y a pas à s’inquiéter pour les Heris, Maeyens et Cie. Ils bénéficieront encore d’un temps de jeu appréciable.

Le Brussels gardera donc son identité ?
Le Brussels gardera son identité, je peux vous l’assurer.

Source : Julien Collignon – La Capitale 2010

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top