Acceuil / Tout / Infos journalières / Heist – Fc Brussels

Heist – Fc Brussels

Samy Houri souffre d’une élongation
Énorme tuile pour le Brussels puisque Samy Houri sera absent demain à l’occasion du déplacement à Heist. Le médian français s’est en effet occasionné une pointe d’élongation lors de l’entraînement de jeudi et s’est soumis à une échographie hier matin. “Je ressentais une petite douleur depuis quelques jours et jeudi, ça s’est accentué pendant la séance. Je pense que ce n’est pas trop grave mais je ne pourrai pas tenir ma place demain. Et si je forçais, ce serait avec le risque de me blesser plus sérieusement et de manquer plus de matchs. Je suis vraiment dégoûté de devoir abandonné mes équipiers à l’aube d’une rencontre très importante”, conclut Houri. (Source : DAV.D. – La Capitale 2012)
Le noyau. Rodrigo, Van Den Eynde, Diakhaby, Heris, Grassi, Renson, Nizic, El Banahoui, Savi, Nollevaux, Aoulad, Haghedooren, Siani, Nahimana, Tambwe.
Baras. Il n’est toujours pas en mesure de jouer, ce qui prive Christian Rits d’une solution offensive.
Mendy. Il est toujours bloqué au Sénégal malgré la levée de sa suspension…
Van Den Eynde. Il s’est occasionné une grosse contusion au pied cette semaine à l’entraînement mais hier, il allait déjà beaucoup mieux puisque son pied avait dégonflé. En principe, il sera sur le banc dimanche.
Gundogan. En l’absence de Houri, il était le candidat tout désigné pour le remplacer mais il n’est pas encore apte à jouer. Ni avec le noyau A, ni avec la réserve.
Seck. Sa revalidation se poursuit.
Kawaya. Il est toujours en période d’examens. Il a donc mis le foot entre parenthèses.
Arbitres. C’est M.Kenny Snoeck qui dirigera la rencontre, assisté de MM.Yves Kenens et Jan Vermeulen.
Tactique. Un 4-4-2 avec Nizic et sans Tambwe ? Cela fait des semaines que le staff et Thierry Dailly envisagent de délaisser le 4-3-3 pour un 4-4-2. Ce système a été testé en semaine et pourrait bien être utilisé demain à l’occasion du déplacement à Heist. Christian Rits pourrait en profiter pour effectuer quelques changements dans le onze de base. On évoque un retour de Nizic aux côtés de Nollevaux dans l’entrejeu, et un tandem Nahimana-Siani en attaque. Exit donc Tambwe. Aoulad pourrait remplacer Houri. À confirmer.
Tambwe. L’attaquant congolais veut toujours quitter le club mais son manager n’a pas encore trouvé de terrain d’entente avec les clubs turcs et chinois où il négocie. Du coup, Tambwe sera une nouvelle fois repris par Christian Rits mais ça sent la fin, plus que jamais…

« Mon avenir me tracasse et je suis perturbé” (14/01/2012)
Il est jeune, bruxellois, talentueux et évolue au FC Brussels.A priori, Mohamed Aoulad recense toutes les qualités nécessaires pour être le fer de lance d’un club qui a toujours voulu jouer la carte de la régionalisation. Sauf que depuis quelques matchs, le joyau est moins scintillant. Le Schaerbeekois est nettement moins bon et nous l’avons égratigné dans nos bulletins d’après-match ces dernières semaines. L’heure est venue de lui donner le droit de s’expliquer et d’évoquer sa méforme.

Mohamed, vous jouez moins bien depuis plusieurs rencontres. Que se passe-t-il ?
Je traverse en effet une période de méforme. J’aimerais vous dire que tout va bien et que je me sens comme un poisson dans l’eau mais ce n’est pas vrai.

Vous avez été critiqué. Comment l’avez-vous vécu ?
Normalement. Je ne vais pas vous affirmer que cela m’a fait plaisir de lire vos critiques et de voir les mauvaises notes que vous m’avez attribuées mais je ne peux pas vous donner tort. Je ne suis pas bon depuis quelques matchs et je ne me cache pas derrière des excuses de pacotille. Je pense la même chose que vous : qu’en jouant de la sorte, je gâche mon talent. Mon désir premier est de retrouver le niveau de jeu qui était le mien… la saison passée.

Hormis les quelques derniers matchs, vous avez pourtant livré un premier tour très correct…
Personnellement, je ne suis pas satisfait du tout. Je suis loin de répondre aux attentes que je m’étais fixé et d’atteindre mes objectifs personnels. J’ai du pain sur la planche pour le second tour

Selon vous, qu’est-ce qui explique votre méforme ?
Ma situation personnelle me pèse. Je réfléchis trop et je ne suis plus suffisamment concentré sur mes prestations. Dans six mois, mon contrat sera terminé et…

…et vous souhaitez vous en aller ?
Je n’en sais rien en fait. Je me sens bien au Brussels et j’ai envie de me battre pour qu’il finisse le plus haut possible au classement mais à plus longue échéance, je rêve d’un jour évoluer en D.1. Je ne prétends pas être déjà prêt pour cela mais ça me tente. J’ai déjà eu quelques offres auxquelles je n’ai pas encore donné suite par correction vis-à-vis de mon employeur actuel.

Le Brussels vous a-t-il déjà proposé quelque chose ?

Dieffembacq
Oui. Il y a quelques semaines, on m’a soumis une prolongation de contrat de deux saisons plus une en option mais je ne l’ai pas signée parce qu’elle ne me convenait pas. Honnêtement, j’attendais autre chose.

Espérez-vous encore un revirement de situation ?
Oui, mais je ne suis pas certain qu’il arrive. Les négociations traînent depuis plus de quatre mois et j’y vois un signe négatif. C’est dommage. Tout cela m’irrite et je peux vous garantir que je serais bien meilleur si j’étais fixé.

Tout le monde reconnaît votre talent mais votre individualisme exaspère. Le comprenez-vous ?
Tout à fait, mais c’est mon style de jeu. Tant que ça marche, on ne dit rien. Mais quand ça foire, ça fait grincer des dents (il rit). Christian Rits et Thierry Dailly me parlent beaucoup et j’y vois la preuve que l’on croit en moi. Si ce n’était pas le cas, on ne tenterait pas de me rebooster et on me laisserait moisir sans s’intéresser à mon cas personnel.

Avec qui analysez-vous vos prestations ?
Avec un ami qui est comme mon frère et qui vient me voir à quasiment tous les matchs. Cela étant, je pense être assez grand pour faire ma propre auto-critique. Je connais mes qualités, je sais ce dont je suis capable. Tout comme je sais que je suis loin de mon meilleur niveau actuellement.

Vous avez fait toutes vos classes à Anderlecht. Quels souvenirs gardez-vous de cette période ?
De très bons souvenirs. L’accent y est mis sur la technique individuelle et les jeunes sont bien encadrés. Dans ma génération, il y avait des gars comme Badibanga, Angeli… Ils sont devenus professionnels.

À 14 ans, vous avez pourtant décidé d’arrêter le football…
J’ai quitté Anderlecht et je me suis mis au foot en salle pendant deux ans. Le RC Schaerbeek m’a alors proposé de le rejoindre et à tout juste 16 ans, je jouais en P.3. Le Brussels m’a proposé un transfert et ensuite, tout est allé très vite puisque j’ai joué quelques mois chez les jeunes, encore un peu en réserve puis j’ai fait le grand saut.

Que peut-on attendre du Brussels au second tour ?
Pour peu que nous parvenions à rester concentrés tout un match, je pense que nous remonterons dans le classement. La semaine dernière, nous aurions dû battre Waasland-Beveren. C’est la preuve que nous ne sommes pas à notre place actuellement. L’organisation est plutôt bonne, il y a un bon fond de jeu. Je me dis que nous n’avons vraiment pas le droit à l’erreur contre Heist demain.

Source : David Dupont – La Capitale 2012

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top