Acceuil / Tout / Articles de presse / Bilgic et El Banouhi ont signé un contrat pro

Bilgic et El Banouhi ont signé un contrat pro

Le Brussels veut miser sur les jeunes (11/02/2012)

LD photography

Bilgic et El Banouhi ont signé un contrat pro

Parce qu’il ne peut pas se permettre de folies mais aussi parce qu’il a toujours été soucieux d’accorder une chance aux joueurs issus de son centre de formation, le Brussels a offert un premier contrat pro à deux éléments prometteurs. Hakan Bilgic a signé pour deux ans, son compère Soufiane El Banouhi pour une saison. C’est le fruit du travail de tout un club et ni Thierry Dailly, le manager, ni Mostafa Beggar, le président de l’école des jeunes, ni même Ludovic Le Moullec, le directeur technique, ne s’en plaindront.

L.D.
Le Brussels n’a certes pas effectué le transfert du siècle, d’ailleurs il ne peut toujours pas recruter, mais en offrant un premier contrat professionnel à deux jeunes éléments qui ont grandi au club, il a donné un signal fort à tous ceux qui sont encore tapis dans l’ombre en attendant de frapper à la porte du noyau A. Hakan Bilgic et Soufiane El Banouhi doivent être les porte-drapeaux du centre de formation et marcher sur les traces des Jonathan Heris et autres Mohammed Aoulad. “Notre centre de formation est une grosse boutique”, explique Ludovic Le Moullec, Breton d’origine mais bien acclimaté à sa vie bruxelloise, qui est au club depuis cinq saisons maintenant. “550 jeunes, 38 entraîneurs, une cellule médicale… Notre finalité, c’est de pouvoir intégrer trois jeunes du cru au noyau A chaque année. Les cas de Hakan Bilgic et Soufiane El Banouhi représentent beaucoup pour nous.”

Mostafa Beggar, le président du centre de formation, abonde dans le même sens :“Je connais ces deux garçons depuis que je suis arrivé au club il y a quatre ans et ça me fait chaud au coeur de les voir franchir le cap de la sorte. Je considère tous les jeunes du club comme mes propres enfants. Pour moi, il n’y a aucune discrimination, hormis sportive. Qu’importe l’origine, le milieu social : tous les joueurs sont logés à lamême enseigne.”

Thierry Dailly sait que c’est au sein de ses équipes de jeunes que le Brussels devra trouver son salut : “Pourquoi chercher ailleurs ce que nous avons chez nous ?”, s’interroge-t-il. “Il y a toujours eu beaucoup de talent à Molenbeek. Promouvoir deux joueurs comme eux, c’est une réussite. Dans notre effectif, il y a de nombreux joueurs issus du club, contrairement à ce qui est parfois dit : Heris, Van Den Eynde, Aoulad, George… Le but, dans les mois qui viennent, c’est que d’autres jeunes nous obligent, par leurs prestations et leur progression, à leur faire de la place chez les pros.”

Mostafa Beggar confirme l’importance du rôle de Thierry Dailly dans les relations étroites que nouent désormais le noyau A et l’école des jeunes. “Il abat un boulot considérable et c’est aussi grâce à lui si tout cela est possible. Quand je suis arrivé au Brussels, il n’y avait pas autant de débouchés qu’aujourd’hui pour les jeunes. Nous avons de grandes ambitions pour les saisons à venir et nous comptons redoubler d’ardeur pour parvenir à nos fins”, affirme Beggar. Le manager molenbeekois explique les raisons qui ont incité le club à mettre sous contrat les deux éléments : “Nous avons constaté qu’ils progressaient beaucoup depuis quelques mois et quand le coach a fait appel à eux, ils ont toujours répondu présent. Je suis heureux qu’ils aient signé parce qu’ils ont bien compris que pour bâtir une carrière, il faut savoir faire preuve de patience et gravir calmement les échelons. Hakan Bilgic a déjà dépanné au back droit mais c’est un cran plus haut qu’il est le plus performant alors que Soufiane El Banouhi est un pur arrière-droit, mais qui a une belle aisance technique. Nous comptons sur eux”, conclut Thierry Dailly.

Ludovic Le Moullec explique comment, à plus longue échéance, le centre de formation doit se développer et devenir plus productif encore : “Dans les années à venir, nous devrons multiplier les partenariats avec des sociétés privées ainsi que les milieux éducatifs afin de permettre au futur professionnel de pouvoir se concentrer sur son sport. En comparaison avec la France, j’ai l’impression qu’ici, il est difficile pour de jeunes sportifs de concilier école et discipline. Beaucoup de joueurs sont d’ailleurs en échec scolaire et c’est un point sur lequel nous allons travailler ”, conclut cet ancien gardien de but qui joua notamment en divisions inférieures près de Londres. Si le Brussels ne se risque pas encore à citer les noms des successeurs potentiels du duo Hakan Bilgic-Soufiane El Banouhi, c’est pour éviter de mettre la pression sur les épaules de garçons prometteurs mais pas encore prêts. Le nom de l’attaquant Alex Karagiannis, que nous vous avions déjà présenté, fait notamment partie de ce contingent.

Source : DAVID DUPONT – La Capitale 2012

“Le club croit en nous” (11/02/2012)
Ils formeront le flanc droit du futur

Hakan Bilgic et Soufiane El Banouhi ont tous deux réussi leur baptême du feu en D.2 et ont accueilli ce premier contrat comme une bénédiction ainsi qu’une preuve de confiance. “J’avais des possibilités pour m’en aller, notamment en D.2 turque, mais mon entourage et moi pensions qu’il était préférable que je m’impose d’abord au Brussels avant d’aller voir ailleurs”, explique Hakan Bilgic, dont la fin de premier tour a été gâchée par une fracture du nez et une opération. “Le Brussels a fait un joli geste vis-à-vis de nous”, dit de son côté Soufiane El Banouhi. “À nous maintenant de lui rendre la pareille en jouant bien et en nous imposant dans l’équipe. Nous savons tous deux que le chemin est encore long mais ce contrat est une marque de confiance qui doit nous inciter à
travailler deux fois plus.”

Les deux défenseurs ne doivent pas pour autant se mettre une pression inutile sur les épaules. Si ce contrat les rassure pour l’avenir, ils ont encore le temps de progresser et de voir venir. “Je compte continuer mes études en sciences économiques et c’est aussi l’une des raisons qui m’a poussé à rester au Brussels”, ajoute Bilgic. “Je suis vraiment très heureux.”

“Je commence à me rendre que mener des études supérieures en même temps qu’être footballeur est très difficile”, précise Soufiane, qui suit un cursus pour devenir kiné. “Il est possible que je passe en cours du soir pour pouvoir me consacrer au foot. C’est là que je veux réussir.”

Source : DAV.D. – La Capitale 2012

Savi est toujours blessé (fracture) (10/02/2012)
Hier, Christian Rits a de nouveau organisé son entraînement à la salle de l’école 13 à Molenbeek.Le coach est enchanté par les conditions offertes là-bas. Aujourd’hui, pas de ballon, mais un entraînement physique au parc Marie-José. Ce week-end, les Coalisés seront au repos, samedi et dimanche. Filippo Savi souffre toujours d’une fracture de la phalange de l’orteil et Ablaye Seck est au repos à cause d’une douleur à la plante du pied. Nahimana a dû stopper l’entraînement pour un coup direct à la cheville.

Source : La Capitale 2012

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top