Acceuil / Tout / Infos journalières / Ça sent le rififi. Ambiance Ambiance

Ça sent le rififi. Ambiance Ambiance

Aujourd’hui est apparu sur notre site officiel, le message suivant:

La  direction du Fc Brussels souhaite commenter les mauvais resultats de son equipe premiere.

La direction estime que le club, par l intermediaire de son directeur sportif Thierry Dailly, a fourni tous les efforts necessaires durant l ete pour mettre un noyau competitif a  disposition de son entraineur Michel De Wolf.

Le club se souhaite egalement se demarquer des problemes existants entre certains joueurs et le coach Michel De Wolf. Il leur revient de se conduire en adultes et d assumer leurs responsabilites.

Le president Johan Vermeersch a insisté sur le fait que l entraineur et ses joueurs devaient faire preuve de plus de respect a  l egard des sponsors et des supporters. Il leur est demande d  agir en fonction de leur statut de professionnels, de faire preuve de fierte personnelle et de respect a l egard de notre club.

On peut en déduire qu’il y a donc un réel problème au sein du noyau et entre certains joueurs et le coach… Et ce n’est pas qu’à la maison que ca pète, je vous joins le récit des incidents de dimanche après midi.

Le Brussels connaît de gros soucis offensifs. Heureusement, Tambwe ne sera pas suspendu

La faiblesse offensive du Brussels est criante. Voilà un des nombreux aspects du casse-tête proposé à Michel De Wolf. Cerise sur le gâteau, Tambwe, titulaire dimanche, s’en est verbalement pris à l’arbitre. Il ne sera pas suspendu mais a pris 300E d’amende.

Les Molenbeekois étaient terriblement frustrés après le match à Saint-Nicolas. L’ennemi public numéro un s’appelait Tom Ottevaere ,coupable d’avoir “oublié” un penalty sur Renson, avant d’en accorder un autre, inexistant, à Vandermarliere et ses coéquipiers. Les conséquencesde tout cela ne se limitent pas à la défaite de dimanche. Sébastien Siani a pris la jaune pour rouspétances pendant le match et Thierry Dailly a poussé un énorme coup de gueule dans les couloirs du stade. En rentrant dans les vestiaires, Patiyo Tambwe a, quant à lui, eu une petite discussion avec l’homme en noir, qui l’a immédiatement convoqué dans son bureau. “Je lui ai simplement demandé, très calmement, s’il était content de ce qu’il avait fait”, raconte l’attaquant congolais du Brussels. “Sur ce, il m’a demandé de l’accompagner. Mais ce n’est pas pour autant qu’il m’a fourni des explications sur sa décision… Il n’a rien voulu me dire. Il a simplement pris mon numéro de maillot”. Comprenez par là que Tom Ottevaere a rédigé un rapport sur le comportement de Patiyo Tambwe. “Le penalty ? Je crois que tout le monde a vu la phase. Moi, je n’ai rien à ajouter là-dessus”, lâchait le joueur. Heureusement pour le Congolais et pour tout le club, la sanction, tombée lundi, est uniquement financière : 300 euros pour comportement anti-sportif.

Pour les Coalisés, ce coup de réparation accordé fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. “Toutes ses décisions ont été prises contre nous. S’il siffle le penalty pour Saint-Nicolas, je ne vois pas pourquoi il ne l’a pas sifflé sur Renson quelques minutes plus tôt”.  En plus de sa “faute” qui coûte cher,Jonathan Heris s’est vu proposer une suspension d’un match pour sa carte rouge sur la fameuse action. Le Brussels pourrait aller en appel et espère pouvoir prouver son innocence sur base des images télé.

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top