Acceuil / Tout / Articles de presse / Johan Vermeersch annonce son départ en fin de saison ( + revue de presse)

Johan Vermeersch annonce son départ en fin de saison ( + revue de presse)

Pour la Xième fois, Johan Vermeersch annonce son départ… La différence avec d’habitude? Il provoque le buzz dans la presse et confirme l’information. Mieux que ça, il motive son départ et parle de ce qu’il souhaiterait.

Est ce un coup de bluff? Une façon d’attirer l’attention? Une façon d’attirer d’éventuels repreneurs et/ou collaborateurs ? Personne ne sait vraiment! Ce qu’on sait tous, c’est que notre club à du potentiel, un noyau très fort, une Fanbase et des collaborateurs qui ne demandent qu’à repartir vers le haut de la Hierarchie.

On le savait, l’époque Vermeersch tirait à sa fin. Et je pense que si il n’y a pas de transition cette année, notre club souffrira énormément l’année prochaine. Attendons donc de voir ce qu’il se passer et croisons les bras. Personnellement je pencherai vers un projet RWDM financé par une série d’investisseurs Bruxellois. Mais bon, la vie c’est pas toujours un rêve.

Pour vous faire un avis sur la question je vous met tout les liens que j’ai pu trouver! Bonne fin de semaine.

- JV sur footgoal

- Vermeerch sur Walfoot

- Jv sur Sporza ( L’interview qui a créé le buzz)

Jv dans la Capitale:


“A 60 ans, je dois penser à l’avenirdu Brussels” (06/12/2011)

Quelques jours après Roger Vanden Stock, c’est Johan Vermeersch qui lâche une bombe

Johan Vermeersch en a gros sur la patate. Fatigué par l’immobilisme de la fédération, le président du FC Brussels veut céder la main. D’autant qu’à 60 ans, il estime avoir suffisamment donné au football molenbeekois. Ce n’est pas sans rappeler l’annonce faite par Roger Vanden Stock, son voisin anderlechtois, il y a quelques jours.

Johan Vermeersch va-t-il quitter le Brussels ? La question est, depuis hier midi, au centre de toutes les conversations près du stade Machtens et dans toute la capitale. “Si rien ne bouge, je m’en vais en fin de saison. J’ai 60 ans, je suis proche de ma pension. Le poids des années est là et je pense qu’il faut rajeunir certaines choses. Le temps où un homme pouvait tout faire tout seul est révolu. Cette formule est usée.”

Le président molenbeekois ne quittera pas son club de toujours sur un coup de tête. Il espère mettre en place une structure adaptée mais il sait que les candidats potentiels se feront rares. “Je veux trouver un cercle d’une dizaine d’investisseurs où chacun pourra prendre ses responsabilités et assumer ses choix. Après 40 ans de travail jour et nuit, j’ai le droit de penser à moi et ma famille. J’ai deux sociétés. Je fais moins de constructions mais je comble par de sopérations immobilières. J’aimerais convaincre de jeunes gens motivés de s’engager en faveur du club comment leur transmettre un message positif alors que moi-même, je suis au bout du rouleau, déçu et totalement démotivé.”

La similitude avec Roger Vanden Stock saute évidemment aux yeux. “Lui aussi a compris”, narre Johan Vermeersch. “Il m’en avait déjà parlé l’année dernière quand nous avions mangé ensemble. Lui a 70 ans. Eddy Wauters de l’Antwerp en a presque 80 ans. Nous ne serons pas éternels. Je ne veux pas être un frein au développement de mon club.”

Ce qui scandalise le président molenbeekois, c’est tout ce qui a trait à la formation des jeunes et le manque de soutien et de considération que l’on accorde à la D.2. “Il n’y aucune discussion possible. En D.2, il n’y a pas de public et pas de droits TV alors qu’en France, pour ne citer que ce pays-là, les clubs de Ligue 2 touchent 17%. Si les clubs de D.1 ne changent pas d’avis et ne nous aident pas, c’est la fin. Chaque année, les clubs de D.2 perdent 250.000 euros. Quant aux jeunes, nous sommes classés sixièmes au niveau des clubs formateurs belges mais parce que nous jouons en D.2, nous avons été exclus de l’élite et nous devons jouer contre Tongres, Bocholt et j’en passe… Les grands clubs nous pillent et nous volent. Le foot est devenu un monde sauvage et je suis dégoûté parce que nous n’avons pas les moyens de nous protéger. Je le répète, si rien ne change, je m’en irai en fin de saison. On aura eu raison de ma motivation et mon amour pour le football. Et si je ne trouve personne pour me succéder, il faudra mettre la clé sous le paillasson.”

Source : DAVID DUPONT – La Capitale 2011

2 commentaires

  1. ENFIN IL A CONPRIT JV QUE ETRE LE DICTATEUR TOUT GERER CELA NE VA PAS VITE LE RETOUR DU RWDM CAR MEME SI IL Y A DES PERSONNE QU IL VEULENT LE RETOUR DU DARING LA MAJORITE DES GENS VEULENT LE RETOUR DU RWDM AVEC TOUT MES RESPECT POUR CEUX DU DARING

  2. Je viens d’écouter le discours présidentiel et, à vrai dire, je comprends sa lassitude, tant la D2 est le parent pauvre du foot et est invivable financièrement. Cela étant, tel un Phénix, notre club renaît à chaque fois de ses cendres. Il faut déjà préparer l’après-Vermeersch avec le Président, sans retomber dans « les erreurs du passé »…Notre club a de fomidables atouts: école de jeunes, mentalité des supporters, etc. Evidemment la résurgence du RWDM, avec ou SANS Vermeersch, dans le contexte actuel, fera à nouveau débat tôt ou tard…

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top