Acceuil / Tout / Articles de presse / Le Crossing schaerbeek et la Rusas

Le Crossing schaerbeek et la Rusas

Désolé pour ce petit écart de conduite, mais je vous transmet également ces articles sur le Crossing et le futur stade de la Rusas. J’ai en effet grandis et vis encore dans ce quartier, j’ai d’ailleurs jouer cinq ans à la Rusas! S’il y a bien deux équipes dans mon coeur, c’est molenbeek et la Rusas.

Le Crossing renaît de ses cendres (24/02/2012)
À la découverte du nouvel outil des footballeurs schaerbeekois

Beaucoup, comme moi, se souvenaient d’un stade du Crossing à l’abandon, indigne d’accueillir un match de football. Après plusieurs mois de travaux, il faut bien avouer que le stade a retrouvé son lustre d’antan : des vestiaires flambant neuf, une pelouse synthétique dernière génération, des tribunes à faire rougir certains clubs de D2 et… des supporters qui assurent l’ambiance. Dimanche, ils étaient 700 pour le duel au sommet entre le Racing Schaerbeek et le Blue Star. Une rencontre de… deuxième provinciale !

Et il y avait du beau monde dans les travées du stade schaerbeekois : des échevins des Sports, des dirigeants de club et même un certain Johan Vermeersch, président du Brussels. Autre membre du club molenbeekois présent au match, Mohamed Aoulad. Le futur joueur d’Anderlecht se rappelait de son passage dans un stade du Crossing à l’abandon. “J’aurais aimé jouer dans de telles installations et dans une telle ambiance quand j’étais ici. Cela fait vraiment plaisir de voir tant de monde dans ce stade.”

Ce stade rénové, Mohamed Khaouch, le président du Racing, en est fier. “Avant, nous jouions dans un parc. Aujourd’hui, nous avons enfin des infrastructures dignes de ce nom. Je remercie toutes les personnes qui ont contribué à ce projet.” Et quelle plus belle récompense que d’accueillir autant de supporters… “C’est exceptionnel. Le stade revit et nous pouvons offrir aux jeunes ce que nous, n’avons pas eu l’occasion d’avoir.” Car avec de telles infrastructures, le club devrait rapidement grandir. “Nous avons du potentiel parmi nos jeunes et ce stade va nous aider à les faire progresser.”

Vu du terrain, l’ambiance était encore plus indescriptible. À chaque occasion, le stade vibrait et, à chaque but, il pouvait exploser. Comme sur le 2-0, signé Köse. “Grâce au public, nous n’étions pas en infériorité numérique. C’était formidable”, explique le joueur. Même Claude Molle, l’entraîneur du Blue Star, était stupéfait. “J’ai connu ce stade à l’abandon. Il y a désormais de superbes installations et une belle ambiance.” Et Driss Abied, T1 du Racing, de conclure : “Avoir ce public dans le dos, c’était impressionnant. Ce serait formidable de fêter le titre dans ce stade.” Une infrastructure qui, peu à peu, accueillera davantage de monde, dont les voisins de la Rusas.

Source : Sébastien Sterpigny – La Dernière Heure 2012

Un avis

Réagissez à Stanneke Vooruit annuler

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top