Acceuil / Tout / Articles de presse / Preview: Tubize – RWDM

Preview: Tubize – RWDM

23 novembre 2013
Noyau. Sourzac, Van Den Eynde, Rogiest, N’Diaye, Kéré, Labor, Cabeke, Nicaise, Nollevaux, Habarugira, Lkoutbi, Bouyfoulkitne, Seoudi, Bilgic, Tonini, Doudouh, Bellia, Zec, Mathieu.
Groupe. Incertains, Sourzac et Labor se sont entraînés normalement vendredi et devraient tenir leur place.
Somé. L’attaquant purge sa dernière journée de suspension.
Arbitres. La rencontre sera dirigée par Bram Van Driessche. Il sera assisté par Kris Messely et Thomas Lesceux.
Belgacom. RWDM-Saint-Trond prévu le samedi 11/01/2014 se jouera finalement le dimanche 12/01/2014 à 15h et sera diffusé sur Belgacom TV. (Source : La Capitale 2013)

“Je vois enfin le bout du tunnel” (23/11/2013)
S’il ne pourra pas encore jouer ce week-end, Gounongbe espère un succès molenbeekois

La semaine a été marquée par une série de blessures dans les rangs du RWDM. Si tout le monde semble rétabli, hormis Camara, ce n’est pas idéal pour préparer un déplacement à Tubize duquel il serait bienvenu de revenir avec les trois unités en poche. Malgré tout, il y a une bonne nouvelle : le retour aux affaires de Frédéric Gounongbe. Certes l’attaquant ne sera pas encore opérationnel, mais son retour aux entraînements fait le plus grand bien. “Je n’ai repris que le travail physique, mais ça fait un bien fou de s’entraîner sur le terrain en même temps que le reste du groupe. C’est une première étape qui me permet d’enfin voir le bout du tunnel. Cela devenait de plus en plus difficile de devoir regarder mes équipiers jouer”, confie Gounongbe.

Reste désormais à savoir quand il pourra rejouer en championnat. “Ce match-ci et le prochain arrivent un peu tôt. Je vais d’abord m’entraîner avec le groupe et on verra quand l’entraîneur jugera que je suis apte à jouer. Je devrai aussi avoir une discussion avec lui pour voir s’il n’est pas préférable que j’attende la trêve pour rejouer. Tout ça est à discuter.” Pourtant, ce match à Tubize, il aurait aimé le disputer. “J’ai quelques connaissances là-bas, notamment David Vandenbroeck que j’ai côtoyé à Zulte. J’aurais aimé me frotter à lui. Ce ne sera pas le cas, mais j’espère que l’équipe forgera un résultat à Tubize.”

Source : S. St. – La Dernière Heure 2013

Le duel des Carolos (23/11/2013)
Dante Brogno accueille Didier Beugnies, son ancien coéquipier zèbre

Tous les deux originaires de Charleroi et grandes figures du Sporting, les anciens attaquants Dante Brogno et Didier Beugnies verront leur route se croiser ce soir au stade Leburton. Coéquipiers durant plusieurs saisons au Mambourg, les entraîneurs de Tubize et du RWDM ont beaucoup de respect l’un envers l’autre. Mais ce soir, comme à leur époque de joueur, ils feront tout pour que leur formation rafle les trois points.

Tubize-RWDM, c’est ce soir et cet affrontement sonne la fin du premier tour de ces deux équipes. À mi-parcours, le son de cloche résonne différemment chez les Brabançons wallons que chez leurs voisins bruxellois. Les Sang et Or possèdent seulement 18 unités sur les 48 possibles. Un bilan plutôt décevant dont les piètres résultats à domicile (5/24) sont l’origine. Côté molenbeekois, la balance est positive, surtout que de nombreux détracteurs voyaient l’équipe lutter pour son maintien. Mais la joie a fait place aux regrets. Avec un peu plus de concentration à certains moments, les Bruxellois (septièmes au classement) auraient obtenu plus que leurs 25 points et pourraient titiller de plus près le quatuor de tête emmené par Eupen. Le duel est donc important pour les deux formations. « L’ambition est de terminer le premier tour sur un succès », déclare Dante Brogno, le coach tubizien. « Surtout que nous recevons Westerlo la semaine suivante. Mais en face, notre adversaire a des atouts à revendre. Le RWDM est bien parti pour se sauver en tout cas. » « Si nous sommes à 100 %, nous obtiendrons un bon résultat », précise pour sa part Didier Beugnies, le mentor molenbeekois. « Si ce n’est pas le cas… On a pu voir que n’importe quelle équipe pouvait battre tout le monde. Mais on ne prendra pas ce match à la légère, il faudra être concentré et organisé dès le début. Des joueurs comme Bailly, à qui il ne faut pas laisser 4 occasions pour marquer, ou Heris, qui aura à coeur de montrer ses qualités face à son ancienne formation, seront à surveiller. » Élément important lors de cette rencontre : l’état de la pelouse tubizienne, qui ne cesse de faire parler d’elle. Pour rappel, le 3 novembre dernier, l’équipe nationale belge de rugby recevait la Tunisie au stade Leburton. La conséquence est la suivante : avec les conditions climatiques difficiles qui ont suivi, la pelouse a beaucoup souffert. « Le terrain rendra le match difficile », prévient Dante Brogno. « Un match de rugby y a été joué en période hivernale et quelques jours plus tard, nous recevions Virton. Ce n’est pas compliqué, même les joueurs du RWDM en parlent ! Mais bon, nous devons rester positifs et tout faire pour l’emporter. » « On nous a dit qu‘il était détérioré », explique Didier Beugnies. « Comme quoi il y avait certains endroits relativement abîmés et qu’il y avait des ornières causées par un tracteur. Mais quoi qu’il en soit, c’est le cas pour les deux équipes. Cela fait dès lors partie de la tactique. Quelle équipe adaptera au mieux son jeu sur un tel terrain ? »

Pour leurs retrouvailles, les deux entraîneurs ont évoqué leur période au Sporting Charleroi. Les deux attaquants éprouvent énormément de respect l’un envers l’autre, que ce soit sur l’aspect humain ou sportif. « Je me souviens lorsque j’ai débarqué à Charleroi, j’étais assez réservé face à Didier, qui était tout de même la coqueluche du Mambourg à cette période-là. Il était le joueur le plus médiatisé en D.2 et même après en D.1. Je suis donc arrivé sur la pointe des pieds, mais j’ai découvert un homme agréable, toujours le sourire aux lèvres et de bonne humeur dans le vestiaire. En revanche, on peut dire qu’il avait un double visage. Quand il montait sur le terrain, son sourire restait au vestiaire. Il laissait place à un visage rageur et vainqueur, qui détestait perdre », commente l’entraîneur Sang et Or. « Là, il m’a bien résumé », rigole Didier Beugnies. « Mais je peux lui renvoyer la pareille je dois dire. Pour l’anecdote, je me rappelle bien de son arrivée à Charleroi. Car beaucoup l’ont peut-être oublié, mais Dante est passé de P.1 directement à Charleroi ! Le président de l’époque m’avait parlé d’un jeune joueur qui empilait les buts à Marchienne. Je lui avais rétorqué : ‘Prends-le, tu n’as rien à perdre. Si cela fonctionne, ce ne sera que du bonus’. Il n’avait pas l’expérience de la D.3 ou D.2, mais il a très vite appris. À ses débuts, il avait tendance à tenter l’un ou l’autre geste à l’entraînement, mais il a reçu des coups et grandit énormément. » La présence de Didier Beugnies en tant que coach en D.2 a tout de même surpris Dante Brogno. « Il était un pilier à Charleroi dans la formation des jeunes. À tel point que je le pensais parti dans cette fonction jusqu’à sa retraite. Mais la vie a ses rebondissements et il s’en sort très bien au RWDM. » Et le mentor molenbeekois de clôturer cette belle histoire d’un petit secret bien gardé. « J’ai eu la chance de travailler avec lui chez les espoirs de Charleroi. De façon unanime, on formait un bon duo. J’étais l’eau et lui, le feu en quelque sorte. C’est un entraîneur qui vit ses matchs à 200 %, qui encourage et crie beaucoup. Moi, je suis plus calme. Et ce n’est plus un secret maintenant, mais il y a deux ans, j’ai failli débarquer avec lui à Tubize. J’étais à deux doigts d’être son T.2. C’était même clair dans ma tête, mais cela ne s’est pas fait. J’avais d’autres possibilités et je suis finalement arrivé au Brussels. »

Source : ALEXIS FERNANDEZ – La Capitale 2013

Rencontre avec Jonathan Heris et Sami Lkoutbi, deux joueurs au parcours opposé

AFC Tubize – RWDM Brussels, c’est l’affiche de tout amateur de football brabançon wallon et bruxellois. Parmi les acteurs qui animeront le dernier match du premier tour de Belgacom League, Jonathan Heris et Sami Lkoutbi. Les deux joueurs ont un parcours opposé. Le défenseur polyvalent a fait ses classes au Brussels et se retrouve Sang et Or. Quant au médian, il a commencé à Molenbeek, puis a rejoint Tubize pour finalement retourner à ses premières amours. Interview de deux footballeurs qui se sont croisés en Brabant wallon pendant l’été

Le plus Molenbeekois des Sang et Or, c’est sans doute Jonathan Heris. Le plus Tubizien du RWDM, c’est sûrement Sami Lkoutbi. Ils répondent à quinze questions sur le club, le groupe et les coachs qu’ils connaissent sur le bout des doigts.

5 QUESTIONS SUR… LES DEUX CLUBS
Qui est le mieux classé actuellement ?
Jonathan Heris : C’est eux. Je sais qu’ils ont fait un bon début de championnat, pas comme l’an passé. À part ça, je ne m’y intéresse pas trop.
Sami Lkoutbi : Nous sommes 7e et je pense que Tubize est 11e. Je n’y fais pas trop attention mais je suis quand même leur résultat.

Qui terminera devant ?
J.H. : Tubize évidemment. Je suis certain que nous allons bien terminer.
S.L. : C’est nous. Tubize va revenir en force mais nous gérerons bien les choses aussi.

Qui est le plus pro ?
J.H. : Je trouve qu’à Tubize la formation est meilleure et l’équipe première est mieux encadrée. Notamment grâce à des personnes comme Philippe -Saint-jean.
S.L. : Pour moi c’est le RWDM. C’est plus un club business. À l’AFC, ceste plus familial.

Qui est dans votre coeur ?
J.H. : Le RWDM. J’y ai débuté depuis à 11 ans. C’est aussi là que j’ai commencé ma carrière pro. J’ai vécu de très belles choses.
S.L. : Même si les cinq années passées à Tubize étaient très bonnes, mon club, c’est le RWDM. J’ai joué ici 10 ans.

Qui a la meilleure pelouse ?
J.H. : Sûrement eux. Au Stade Machtens, on ne joue pas au rugby
S.L. : D’accord avec lui (rires)

5 QUESTIONS SUR… LES DEUX NOYAUX
Meilleur buteur, Bailly ou Somé ?
J.H. : J’espère que Leandro va continuer sur sa lancée. Mais il est encore jeune, c’est ça qui va
faire la différence avec Somé
S.L. : Somé, sans hésitation. Je connais Leandro. Il a des qualités mais il est encore jeune. À côté de Somé, il ne fait pas le poids.

Le plus roublard, Neels ou Neels ?
J.H. : À chaque fois que je jouais contre lui, on nous prévenait que c’était un sale joueur. Mais il sait aussi bien faire rire.
S.L. : Lui, c’est un mec super. Mais sur le terrain, il peut vraiment faire des trucs de fous. Je me souviens de la première fois que je suis monté au jeu. Quelques minutes avant, il avait fait exclure Michaël Clepkens, le gardien de Waasland.

Le plus technique, Liard ou Doudou ?
J.H. : Ils ont des styles différents. Philippe, c’est un joueur de foot pendant que Doudou, c’est un joueur de parc. Je ne crois pas que le Bruxellois marque des buts de 40 mètres comme le français peut le faire. Mais Philippe ne fera pas quatre passements de jambes avant de centrer.
S.L. : Doudou, c’est un amoureux du ballon. Je crois qu’il donnera moins d’assist que Philippe mais balle au pied, il est meilleur.

Le plus dur sur l’homme, Laurent ou Habarugira ?
J.H. : Quentin. Lui quand il veut le ballon, il l’obtient toujours. David, c’est plus dans la finesse.
S.L. : Quentin aussi. Quand tu le vois, tu as compris.

L’homme du match samedi, Heris ou Lkoutbi ?
J.H. : Joker
S.L. : Pas de réponse (ils rient tous les deux).

5 QUESTIONS SUR… LES DEUX COACHS
Qui pousse les plus grosses gueulantes ?
J.H. : Je ne crois pas que ce soit dans les habitudes de Didier Beugnies de gueuler. Donc je dirais Dante Brogno.
S.L. : Je n’ai pas encore entendu Didier Beugnies. Mais je sais que Dante Brogno peut aller loin. Quand il gueule, c’est pour tout le stade. Au moins, ça remet en place.

Qui est le plus relax ?
J.H. : Pour moi c’est un peu les deux. En semaine, ils rigolent beaucoup avec nous.
S.L. : Même chose pour moi. Par contre le jour du match, c’est sérieux.

Qui est le plus Carolo ?
J.H. : Ils ne m’ont jamais parlé de leurs grandes années.
S.L. : Il n’y en a pas un plus que l’autre je dirais.

Qui s’habille le mieux ?
J.H. : Joker.
S.L. : Je ne sais pas. Je me souviens juste que Dante Brogno est toujours en training alors que Didier est toujours en chemise.

Qui a la plus belle coupe de cheveux ?
J.H. : Aucun des deux.
S.L. : Normal, ils n’en ont plus (rires).

Source : La Capitale 2013

« On ne peut pas enchaîner 2 défaites » (23/11/2013)
Malgré les nombreuses absences, surtout au niveau offensif, les Molenbeekois ont fait mieux que se défendre face aux deux favoris de la compétition, Mouscron-Peruwelz et Eupen, ces deux dernières semaines. En effet, les hommes de Didier Beugnies ont arraché une victoire au Canonnier avant de s’incliner face aux Pandas. Cette rencontre face à Tubize est donc primordiale pour se relancer. « Ce match face aux Sang et Or est en quelque sorte un petit derby mais nous nous mettons pas spécialement de pression. Pour nous, c’est un match comme un autre », confie Kevin Nicaise. « Contrairement aux deux dernières journées de championnat, celle qui arrive semble être davantage à notre portée. Cela ne veut pas dire que nous devons prendre ce match à la légère. Cependant, nous devons faire quelque chose pour ne pas enchaîner deux défaites consécutives. »

L’AFC Tubize a remporté sa première victoire à domicile sur un terrain dévasté. « Nous savons bien que la pelouse des Brabançons wallons n’est pas des plus adaptées pour développer du beau football. C’est un terrain très gras. Mais cela vaut pour les deux équipes. ce n’est donc pas une excuse valable. À nous de prendre notre jeu à notre compte, d’être bien organisés défensivement et d’être moins timides offensivement. » Les absences de Somé et de Gounongbe y sont peut-être pour quelque chose.

Source : C.S. – La Capitale 2013

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top