Acceuil / Tout / Articles de presse / Tweetalige Presse: Interview de Fred G.

Tweetalige Presse: Interview de Fred G.

(retrouvez la presse francophone dans la suite de l’article)

HLN 14-1-2014 -  »Heroïsche prestatie neergezet »

FRÉDÉRIC GOUNONGBE (RWDM BRUSSELS) LOOFT PRESTATIE VAN HELE PLOEG

Wat quasi niemand voor mogelijk hield, is zondag geschied: RWDM Brussels zorgde voor een klein mirakel door eindrondekandidaat STVV te kloppen. « Misschien moeten de spelers nog meer met de kaarten spelen », grapte menig supporters na de match. « Na een zeer turbulente voorbereiding hebben we als groep een heroïsche prestatie neergezet », stelde matchwinnaar Frédéric Gounongbe terecht.

Het kan verkeren: de laatste match van het jaar 2013 (op Virton) niet mogen spelen omdat volgens de Bond achterstallige lonen van ex-spelers niet op tijd werden betaald, een spelersgroep die tijdens de voorbereiding een week heeft gestaakt omdat ze zelf nog wachtende is op twee maanden achterstallig loon, een halve ploeg die in de lappenmaand ligt en een spits die vlak voor de start van de terugronde naar de concurrentie trekt. Je moest al een grote optimist zijn, eigenlijk een beetje naïef, om te geloven dat RWDM Brussels tegen Sint-Truiden iets zou rapen.

Maar de wonderen zijn blijkbaar de wereld niet uit. Doelman Martin Sourzac, met een zeer goede redding omstreeks het uur, en de ingevallen Gouongbe, hebben de eerste driepunter van het nieuwe jaar gestalte gegeven.

« Ik ben blij en zeer opgelucht na een op vele vlakken moeilijke week. Ik denk niet dat ik overdrijf dat we tegen Sint-Truiden een knalprestatie hebben neergezet en de zege ook niet op een diefje hebben gestolen. Toegegeven, de fameuze redding van onze doelman Sourzac was een cruciaal moment in de wedstrijd, maar zelf hebben we ook enkele goede kansen kunnen afdwingen. Deze zege is de verdienste van de hele groep. We zijn allemaal fysiek heel diep moeten gaan om de tegenstander van ons af te houden, maar het is ons dan toch gelukt. Mentaal is deze zege niet alleen een opsteker voor de groep, maar ook voor de fans. Ondanks alles waren ze er toch weer om ons massaal te komen aanmoedigen. »

Gounongbe kon zich helemaal terugvinden in de beslissing van trainer Beugnies om hem te laten starten op de bank en hem pas na een uur in brengen. « Na mijn afwezigheid van vier maanden, was en ben ik nog niet klaar om negentig minuten volle gas te geven », geeft de spits toe.

« Bouyfoulkitne heeft als diepste spits gedurende een uur alles gegeven om de defensie van STVV moe te maken. Alleen op die manier kon ik als frisse invaller misschien nog iets forceren en dat is gelukt. »

« Ondanks alle perikelen van de laatste weken heeft deze groep getoond dat ze heel sterk aan elkaar hangt. Gelukkig waren alle jongens professioneel genoeg om tijdens de stakingsperiode toch individueel zijn conditie te onderhouden. Laat ons hopen dat die moeilijkste periode nu achter de rug is. Dat de voorzitter ons direct na de match is komen feliciteren in de vestiaire, is knap. Hij heeft ons nogmaals beloofd dat deze week onze lonen op de rekening zullen staan. Zo kunnen we ons terug concentreren op het voetbal, zodat we nog een mooie terugronde kunnen beleven. »

Nieuwsblad 14-1-2014

Beslissende week in Machtensstadion

Het was niet de verrassende zege van RWM Brussels tegen STVV die het meest opmerkelijk was bij de Molenbeekse club. Wel het uitblijven van de betaling van de lonen voor de maanden november en december viel het meest op de voorbije week. Erik Boogmans

Het plotse uitlenen van Ibrahim Somé aan Sint-Truiden en de nog steeds op til zijnde transfer van Hakan Bilgic plaatsen de zaak in een ander daglicht, in functie van de financiële mogelijkheden van de club. Een dezer dagen worden de spelers en trainer Beugnies uitbetaald.

‘In deze zaak kan ik mij alleen uitlaten over wat de voorzitter mij gezegd heeft’, licht trainer Beugnies toe. ‘Ik weet niet wat de toekomst zal brengen. Maar ik stel alleen vast dat wanneer de voorzitter mij iets beloofde, hij die belofte altijd nakwam. Op dat gebied heb ik dus geen enkele twijfel over wat hij mij toezegde.’

‘Wat het vertrek van twee van mijn basisspelers betreft, schik ik mij naar de mogelijkheden die ik ter beschikking heb. Ik heb een erg karaktervolle groep. Wanneer ze zeggen dat ze niet trainen omdat ze niet betaald werden, schik ik mij daarnaar. Als ze beslissen te spelen, dan gaan ze er honderd procent voor. Dat hebben ze bewezen tegen STVV. Op zo’n momenten kan ik alleen maar heel erg fier zijn dat ik over zo’n uitzonderlijke groep kan beschikken.’

‘Indien we in deze competitie hadden kunnen spelen zonder de strubbelingen van de jongste weken, hadden we acht tot negen punten meer verzameld en streden we mee voor de eerste plaats.’

‘Maar ik ben niet de persoon die in het hoekje zit te grienen. Ook al zinkt soms de moed mij in de schoenen. Maar ik moet handelen zoals dat van mij verwacht wordt als trainer. Ik tracht dus telkens weer een groep te vormen met de juiste ingesteldheid en hoop dat de spelers hun werk terdege uitvoeren. En dat hebben de spelers tegen STVV weer gedaan.’

‘Mijn werk hangt af van het materiaal dat ik voorhanden heb. Voorbije zondag had ik maar één doelman. Somé was weggevallen als spits door zijn uitleenbeurt. Nollevaux en Habarugira waren geblesseerd uitgevallen. Het is een bewijs dat ik steeds opnieuw op zoek moet naar alternatieven.’

Essentie

Het spreek voor zich dat door de overwinning tegen STVV de essentie van het probleem niet is opgelost. De lonen uitbetalen, het transferverbod ongedaan maken en de verdere samenwerking met AS Monaco zijn de komende beslissende punten die moeten opgelost worden om de rust terdege te laten terugkeren in het Edmond Machtensstadion.

Hier. Les Molenbeekois ont eu droit à une séance de récupération au Stadium et à la piscine. De quoi soigner les petits bobos d’après-rencontre. Didier Beugnies a donné congé à ses joueurs ce mardi. “Nous sommes sur le pont depuis la reprise avec des entraînements tous les jours. Et puis après la victoire de dimanche, les joueurs méritaient ce jour de congé”, explique l’entraîneur. (Source : S. St. – La D.H. 2014)

“Content et soulagé” (14/01/2014)
Après trois mois d’absence, Frédéric Gounongbe a signé son retour dans l’équipe du RWDM par un but

Quel régal ce dimanche après midi d’avoir vu une équipe molenbeekoise aussi combative alors que les conditions dans lesquelles elle évolue sont plus que précaires ! Au vu du match, on se demande même quelle équipe a eu la chance de partir en stage et où les joueurs sont payés. Car c’est bien au caractère que les joueurs du RWDM sont allés chercher cette victoire qui avait le don de donner le sourire à tout le monde : supporters, staff et joueurs.

 

À l’image de Frédéric Gounongbe, auteur du but victorieux sur penalty. “Je suis soulagé et content après cette semaine qui fut difficile à tous points de vue. Après plusieurs semaines d’arrêt, difficiles sur le plan mental, on ne savait pas trop à quoi s’attendre pour ce match. La seule chose que nous savions, c’est qu’il était important de gagner pour le club, les supporters et les joueurs”, confie l’attaquant. Cette rencontre prouve aussi que, comme l’a dit Didier Beugnies, l’équipe molenbeekoise est exceptionnelle. “Nous avons un groupe soudé. J’ai connu pas mal de clubs, mais je n’ai jamais trouvé une ambiance amicale comme celle-là.” Au-delà de la victoire, ce match, c’était aussi le retour à la compétition de Gounongbe. Un retour fêté comme il se doit par un but important. “C’est un plaisir de monter et de marquer, mais c’est anecdotique. Il faut surtout souligner le travail de chaque joueur. Du gardien à l’attaquant, tout le monde a rempli son rôle.” Mais ce retour, Gounongbe l’attendait avec impatience. “Cela fait du bien de retrouver le chemin des terrains et ce but est bon pour ma confiance. Toutefois, comme on en a discuté avec le coach, je ne suis pas encore prêt pour débuter un match. Après cinq minutes et deux-trois sprints, je cherchais déjà mon second souffle. Je vais devoir travailler en individuel en plus des entraînements pour revenir au top.” D’autant qu’avec le départ de Some, le RWDM aura besoin de son buteur. “Son départ met beaucoup de poids sur les épaules des attaquants restants. Nous aurons plus de responsabilités à assumer, mais nous sommes tous prêts à le faire.”

Source : Sébastien Sterpigny – La Dernière Heure 2014

La crise au RWDM et à Tubize mais pas sur le terrain (14/01/2013)


La Division 2, ce mouroir. Cette expression a souvent été lâchée pour évoquer l’antichambre de la Pro League et sa difficulté à survivre financièrement. Ces dernières années, la formule prend souvent tout son sens. Et la saison 2013/2014 ne dérogera pas à la règle. La preuve avec deux de nos clubs. Au RWDM, le président Vermeersch n’a toujours pas payé les salaires de ses joueurs pour les mois de novembre et décembre. À Tubize, les Sang et Or n’ont rien perçu au moment d’attaquer les fêtes de fin d’année et ont dû se priver de beaucoup de choses à cause d’un manque d’argent. Malgré tout, les deux formations ont gagné ce week-end et se portent comme un charme au classement. Évocation de deux situations dramatiques mais différentes avec un Molenbeekois et un Brabançon wallon.
Badou Kere : « Notre force, c’est la cohésion »

Badou Kere est l’une des personnalités du vestiaire molenbeekois. Son vécu et les pépins similaires qu’il a déjà connus en Turquie l’aident à relativiser. Un tout petit peu. « Tout le monde est atteint dans le groupe, moi autant qu’un autre », explique le défenseur burkinabé. « Psychologiquement, c’est une période difficile. Peut-être plus encore pour les jeunes du vestiaire qui n’ont pas encore eu le temps de mettre un peu de sous de côté et qui sont dans la crise. Quand votre propriétaire débarque et vous menace d’expulsion pour loyer impayé, ça fait mal… »

Malgré cette situation dramatique, le RWDM continue de surprendre et le succès face aux Canaris prouve que les joueurs ont un mental d’acier. « Actuellement, nous jouons pour nous et pour les supporters », reprend Kere. « Nous montrons un maximum de bonne volonté même quand c’est difficile. Notre chance, c’est une mentalité magnifique. Je n’avais plus connu cela depuis Charleroi. À l’époque, sous Jacky Mathijssen, notre état d’esprit et notre solidarité nous avaient permis de soulever des montagnes. C’est vrai, nous avons pensé à ne pas jouer face à Saint-Trond parce qu’il arrive un moment où, même si l’on aime son sport, on ne peut tolérer certaines situations. Le président est venu dans le vestiaire et a affirmé que nous serions payés dans la semaine. On espère… » La semaine dernière, Ibrahim Somé a quitté le stade Machtens pour renflouer les caisses du club. Sa location à Saint-Trond a rapporté environ 50.000 euros. De quoi éponger quelques dettes. « Le foot, c’est devenu économique. Je suis content pour Somé qu’il ait trouvé un club plus ambitieux et de notre côté, nous devons l’accepter. » À l’issue de la rencontre de dimanche, Didier Beugnies, le coach, a affirmé que son équipe aurait pu nourrir de plus grands desseins si le club avait été plus sérieux et structuré. « À la base, l’ambition du RWDM était de jouer le maintien mais quand je vois les qualités du noyau, je suis assez d’accord avec le coach. Nous avons perdu des points sur le tapis vert, d’autres par mégarde. Nous nous battons tous pour viser le plus haut possible. »
Quentin Laurent : « Nous sommes restés solidaires »

Tout est en train de rentrer dans l’ordre pour l’AFC Tubize. Les sorties médiatiques du coach et de certains joueurs ont fait bouger les choses. À l’heure actuelle, seule la moitié du salaire de décembre n’a pas encore été perçue par les joueurs. La grosse période difficile semble être derrière les Sang et Or. Mais souvenez-vous après la victoire à Boussu-Dour. Dante Brogno avait dévoilé les problèmes d’argent du club au grand jour. Malgré des salaires non-réglés pour les mois d’octobre et novembre, les Tubiziens ont continué de s’entraîner et de jouer. Résultat, une belle série en cours de 17 points sur 24 et une troisième place à un match de la fin de la deuxième tranche. L’équipe a donc bien géré cette période délicate. La première de la jeune carrière de Quentin Laurent. « C’est ma première saison en tant que que professionnel donc la première fois que j’y étais confronté », explique le robuste défenseur. « Ce n’était pas facile car je n’ai que ça comme salaire. Mais si on a continué à se donner à fond, c’est grâce au très bon esprit qu’il y a dans le groupe. Nous sommes restés solidaires. C’est moins difficile d’affronter la difficulté en groupe. À côté de ça, on peut compter sur des Grégoire Neels ou David Vandenbroeck dans l’équipe. Ils ont beaucoup d’expérience. Notre capitaine, c’est le vrai chef. Greg nous parlait beaucoup car il était au courant de ce qui se disait du côté des dirigeants. Ça nous a rassurés. » La présence de telles personnalités a joué un grand rôle dans la gestion de cette petite crise. Mais aussi la confiance entre la direction et le groupe. « Après Boussu quand le coach a balancé le morceau, le président est venu nous parler. Dans le blanc des yeux de chaque élément du noyau, il a mis les choses à plat en disant que tout allait être réglé au plus vite. S’il fait un effort pour que tout rentre dans l’ordre, il n’y a pas de raison qu’on lui plante un couteau dans le dos en refusant de nous entraîner. Maintenant s’il n’avait pas tenu parole, on aurait sans doute fait quelque chose pour protester », conclut l’ancien joueur de Grimbergen.
Continueriez-vous à jouer si vous n’étiez pas payés ?

OUI NON
« La réaction des joueurs de Tubize m’a bien plu. Présence aux entraînements, engagement sur le terrain et résultats positifs en championnat. Malgré les problèmes de sous au sein du club, ils ont été irréprochables. Les coéquipiers de Grégoire Neels ont simplement fait confiance à leur direction. À partir du moment où le président promet que tout va rentrer dans l’ordre, à quoi bon s’arrêter ? Surtout si le groupe est dans une bonne forme. Par contre, si les choses ne s’étaient pas arrangées comme promis, là ils auraient pu prévoir une petite action de contestation. Mais ce n’est pas le cas. Puis les problèmes de Tubize se trouvent principalement au niveau des sponsors. Difficile en temps de crise de pouvoir dégoter de nouveaux partenaires. Grève ou non, les caisses ne se rempliront pas plus vite. » « Accepter des restrictions budgétaires ou faire des sacrifices est une chose, faire avaler des couleuvres aux joueurs en est une autre. Au stade Edmond Machtens, voilà plusieurs semaines que l’on promet aux joueurs qu’ils vont être payés mais l’argent n’est jamais arrivé. Psychologiquement, les gars de Didier Beugnies auraient probablement mieux accepté qu’on ne les tourne pas en bourrique et qu’on leur dise clairement les choses. Cela leur aurait plu que le président descende dans le vestiaire, reconnaisse la gravité de la situation et demande un délai de paiement de quelques semaines plutôt que de chaque fois botter en touche et reporter l’échéance. Personnellement, j’estime que quand on n’est pas payé par son employeur pendant deux mois, on peut se permettre de ne plus prester. »
Valentin Thiéry – Journaliste David Dupont – Journaliste

Donnez votre avis

Votre adresse mail ne sera pas diffuséeLes champs requis sont mis en évidence *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

live webcam girls
Scroll To Top